Biodiversité. Tous vivants !

Il est plus que tant d'agir !
Du 18 mai et 10 juin 2018, les Français étaient invités à donner leur avis sur la protection de la biodiversité pour contribuer à l'élaboration du Plan biodiversité porté par Nicolas Hulot.
Le Plan biodiversité a été lancé par le Gouvernement le 4 juillet.

25609 contributions

92080 votes

Les étapes de la consultation

  • Lancement de la consultation

    18 mai 2018

  • Clôture de la concertation

    10 juin 2018

  • Lancement du Plan biodiversité

    Juillet 2018

Comprendre

Notre planète est entrée dans une nouvelle ère, celle de l’anthropocène. En effet, l’humanité est devenue une force si puissante que son empreinte est largement plus significative que celle des autres espèces. Nous détruisons à grande vitesse le vivant, auquel nous oublions même notre appartenance. La dernière crise de la biodiversité ayant une ampleur similaire à ce que nous observons aujourd’hui a eu lieu il y a 65 millions d’années. Elle a eu pour conséquence la disparition des dinosaures. Aujourd’hui, le rythme d’extinction des espèces est 100 à 1000 fois supérieur au rythme naturel constaté lors des 10 millions d’années  passées.  Au  cours  du  siècle  écoulé,  deux  espèces  de  vertébrés  ont  disparu  chaque  année  en  moyenne sur Terre, soit plus de 200. La biodiversité se meurt en silence et nous savons que l’humanité en est responsable.

La  biodiversité,  c’est  la  richesse  des  espèces,  des  écosystèmes,  leur  diversité  génétique  et  leurs  interactions. Au-delà de leur valeur intrinsèque, ces espèces et ces écosystèmes fournissent un nombre incommensurable  de  services  à  nos  sociétés.  Par  exemple,  les  insectes  pollinisent  nos  champs,  les  milieux  humides  nous  fournissent  l’eau  potable  et  limitent  les  dégâts  liés  aux  inondations,  les  arbres  nous préservent de la chaleur en ville et de l’érosion en montagne, les océans régulent le climat mondial, les  mangroves  et  les  dunes  nous  préservent  des  tempêtes.  Ils  sont  le  fruit  de  4,7  milliards  d’années  d’innovation. Depuis de nombreuses années maintenant, la nature nous lance un appel à l’aide. Plus près de nous, le silence des oiseaux surprend, le déclin des insectes inquiète dans les villes comme dans les campagnes.

Ce  sont  aussi  des  écosystèmes  détruits,  dégradés,  pollués  par  notre  emprise  physique  sur  les  espaces  naturels,  par  la  surexploitation  des  ressources  de  la  nature,  par  l’introduction  d’espèces  exotiques  envahissantes, par le déversement de substances et de produits toxiques pour les écosystèmes ou encore par le changement climatique. La biodiversité est sous pression. Notre économie, notre qualité de vie, notre santé sont elles aussi dégradées.

Il  est  grand  temps  d’inverser  la  tendance  et  d’avoir  une  impulsion  forte  pour  préserver,  restaurer  et  reconquérir cette biodiversité. La richesse des écosystèmes de notre pays, en particulier dans les outre-mer, confère à la France une responsabilité particulière. Rappelons qu’à elle seule elle abrite 10 % de la diversité  des  espèces  connues  au  niveau  mondial  et  possède  le  deuxième  espace  maritime  au  monde,  notamment grâce aux collectivités ultramarines.

Au niveau international, se profilent des échéances cruciales pour engager ce mouvement. En 2020, se tiendra la COP15 de la convention des Nations unies sur la diversité biologique en Chine. C’est là que seront  discutés  par  la  communauté  internationale  les  engagements  de  chaque  État  pour  la  décennie  à  venir.  C’est  une  année  charnière,  un  rendez-vous  à  ne  pas  manquer  pour  sortir  la  biodiversité  de  l’indifférence générale.

La  France  se  doit  d’être  exemplaire  et  profiter  de  son  leadership  sur  le  climat  pour  y  arrimer  la  biodiversité.  Nous  ne  pourrons  réussir  le  défi  du  climat  sans  l’appui  des  écosystèmes  qui  sont  nos  premiers alliés dans cette lutte. Les deux enjeux sont indissociables.  Pour  toutes  ces  raisons,  il  est  urgent  d’agir  au  cœur  de  nos  politiques  publiques,  dans  nos  territoires,  avec l’ensemble des acteurs. La loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a inscrit l’objectif de réduire à zéro la perte nette de biodiversité. Ce plan biodiversité vise à mettre en œuvre cet objectif, mais aussi à accélérer la mise en œuvre de la Stratégie nationale pour la biodiversité qui court jusqu’en 2020. Il a vocation à renforcer l’action de la France pour sa préservation et, en allant plus loin, à mobiliser pour la première fois des leviers pour la restaurer et la reconquérir lorsqu’elle est dégradée.  

L’État  doit  montrer  la  voie,  c’est  pourquoi  l’ensemble  du  Gouvernement  prend  des  engagements  à  travers ce plan et les feuilles de route de chaque ministère. La réussite de sa mise en œuvre passera en effet  par  une  intégration  de  l’enjeu  biodiversité  dans  l’ensemble  des  politiques  sectorielles,  pour  une  cohérence renouvelée de l’action publique, dotée de moyens à la hauteur de son ambition.
En sus de cette impulsion gouvernementale, l’ambition de ce plan est d’embarquer la société française dans toutes ses composantes dans une mobilisation collective en faveur de la biodiversité. Collectivités, entreprises, associations, citoyens... nous sommes tous concernés et avons chacun à notre manière des leviers  pour  agir.  Le  plan  biodiversité  est  donc  accompagné  d’un  Agenda  pour  l’action  dans  lequel  chaque territoire, chaque élu local, chaque entrepreneur, chaque acteur socio-professionnel est appelé à s’engager.  S’engager  pour  la  durabilité  de  son  activité,  pour  l’attractivité  de  son  territoire,  pour  le  maintien  ou  la  restauration  des  aménités  environnementales  indispensables  à  nos  villes  et  nos  campagnes,  ou  encore  pour  l’action  citoyenne  en  faveur  de  la  biodiversité.  Chacun,  à  son  niveau,  au  regard de ses compétences, de ses responsabilités et de ses projets, doit pouvoir contribuer à relever le défi de la biodiversité.

En  définitive,  ce  plan  vise  à  améliorer  le  quotidien  des  Français  à  court  terme  et  à  garantir  celui  des  générations à venir.

Participer
Mode d'emploi
  • S’inscrire et créer son profil !

    Il faut être identifié pour participer à la consultation. Pour cela vous pouvez utiliser les identifiants de vos comptes existants (Facebook, Twitter ou Google+) ou bien créer un compte et un profil spécifiques à cette plateforme (Nom, prénom, pseudo, code postal, adresse mail, statut). Pour cela, accédez à l'espace de connexion en haut à droite de votre écran.
  • Contribuer directement

    Chacun des thèmes est construit autour de quelques questions qui sont l’objet des débats : la première méthode pour contribuer est de répondre directement aux questions qui composent la consultation.
  • Commenter/évaluer les contributions

    Chaque contribution en ligne :
    1/ fait l’objet d’un vote : vous pouvez déposer un vote positif (+) ou négatif (-) sur chacune d’entre elles.
    2/ peut-être commentée : les débats peuvent se construire autour de toutes les contributions, et pas seulement autour des questions constituant chacun des thèmes.
Lire la Charte
Back to top